Plusieurs organisations régionales et internationales participent à l’observation

By | mai 8, 2019

ALGER – Plusieurs organisations internationales et régionales ont répondu favorablement à l’invitation de l’Algérie de participer en tant qu’observateurs à l’élection présidentielle du 17 avril prochain.

La Ligue arabe et l’Union africaine étaient les premiers à avoir répondu à l’invitation de l’Algérie.

Ainsi, la Ligue arabe a dépêché, la semaine dernière, une mission d’observation conduite par Mohamed Sbih, secrétaire général adjoint de la Ligue, dans le cadre d’un protocole d’accord entre l’Algérie et l’organisation panarabe sur l’observation de l’élection présidentielle.

La mission d’observation de la Ligue arabe consiste en l’observation de toutes les étapes du processus électoral sous la supervision de son président, selon les termes du protocole.

M. Sbih avait affirmé que l’organisation panarabe était soucieuse d’un scrutin “transparent” qui exprime la volonté du peuple ajoutant que la Ligue arabe dépêchera une mission de 120 observateurs sur deux étapes. La première le 11 avril et la deuxième le 13 du même mois, soit à quatre jours du scrutin.

Les observateurs de la Ligue arabe travailleront aux côtés de leurs homologues d’autres organisations régionales et internationales dont l’Union africaine (UA), l’Organisation de la coopération islamique (OCI), l’Union européenne (UE) et l’Organisation des Nations Unies (ONU).

De son côté, la commissaire aux Affaires politiques de l’Union Africaine, Aisha Laraba Abdullahi, a indiqué que l’UA dépêchera pour la présidentielle du 17 avril une mission de 200 observateurs représentant différents secteurs, la société civile et le Parlement panafricain.

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra avait annoncé à partir du Caire où il a participé à la 141e session des ministres arabes des Affaires étrangères, que des observateurs de plusieurs organisations régionales et internationales participeront à l’élection présidentielle du 17 avril.

Outre les observateurs de la Ligue arabe et de l’UA, l’organisation de la coopération islamique dépêchera une dizaine d’observateurs alors que l’UE et l’ONU seront représentées par des experts qui seront chargés de “l’observation et du suivi technique de l’élection”, avait indiqué M. Lamamra.

Il avait annoncé par ailleurs que des personnalités internationales indépendantes de France, de Belgique et d’Espagne notamment sont également attendues pour l’observation du processus électoral à Alger et à travers le territoire national.

Concernant l’intérêt accordée par la Ligue arabe aux échéances électorales en Algérie, le chef de la diplomatie algérienne a soutenu que l’expérience algérienne était toujours prise comme exemple en ce qui concerne la maîtrise de l’organisation et de la répartition judicieuse des taches outre l’aspect administratif lié aux commissions chargées de l’observation, de la supervision et de l’organisation des élections.

Il a enfin souligné que la prochaine présidentielle constituera “une occasion importante pour renforcer le processus démocratique” et “permettra au peuple algérien d’exprimer librement sa volonté dans la transparence et la régularité”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *